Décryptage

Décryptage

RFI - Marie Casadebaig

Le décryptage du fait d’actualité du jour avec un à trois spécialistes invités pour contextualiser, expliquer et commenter. Diffusions du lundi au jeudi à 19h10 (TU) vers toutes cibles.

Podcast
En cours de lecture

Décryptage - Comment éviter que la crise sanitaire n’entraîne une crise alimentaire?

decryptage_20200403.mp3

decryptage_20200403.mp3

Télécharger Télécharger ( 8,9 Mo )

On l’a observé un peu partout dans le monde depuis quelques semaines : la pandémie de coronavirus fait craindre une pénurie alimentaire.

En France, aux États-Unis, comme dans beaucoup de capitales africaines, on a vu une ruée sur les supermarchés. Chacun voulant se constituer un stock, complètement inutile car il y a largement de quoi nourrir tout le monde. Aux peurs des citoyens s’ajoutent des difficultés logistiques d’approvisionnement, le manque de bras pour les récoltes en Europe par exemple, plus la volonté de certains pays de restreindre leurs exportations.

Toutes ces perturbations inquiètent les organisations internationales : l’OMS (organisation mondiale de la Santé), l’OMC (organisation mondiale du Commerce) et l’organisation des Nations unies pour l’alimentation, la FAO. Toutes les trois ont mis en garde cette semaine contre le risque de crise alimentaire mondiale.

Comment l’empêcher ? Comment faire en sorte que les principaux pays exportateurs de blé, de riz maintiennent le même niveau d’exportation ?

Avec :

  • Bruno Parmentier, consultant sur les problèmes agricoles et alimentaires, animateur du blog et de la chaîne YouTube « Nourrir-Manger ». Auteur de nombreux livres, entre autres Nourrir l’humanité et Faim zéro (Éditions La Découverte).
Podcast
En cours de lecture

Décryptage - Coronavirus: concurrence effrénée entre les États dans la course au matériel médical

decryptage_20200402.mp3

decryptage_20200402.mp3

Télécharger Télécharger ( 8,9 Mo )

Malgré les précautions et le confinement de presque une personne sur deux dans le monde, le coronavirus continue de progresser de manière quasi exponentielle. Un peu partout, les soignants, les habitants, ont donc besoin d’équipements.

Des masques, des blouses de protection ou encore des respirateurs pour soigner les malades.

Le problème, c’est que beaucoup de pays en manquent et que tous veulent actuellement les mêmes produits au même moment. Le résultat, c’est une concurrence effrénée entre les États, la montée en puissance d’obscurs intermédiaires et des méthodes d’achats publics complètement chamboulées.

La compétition pour le matériel médical, c’est notre Décryptage du jour.

Avec :

  • Laurence Folliot Lalliot, professeur de Droit Public à l'Université Paris-Nanterre, spécialiste en commande internationale. Elle a travaillé à la Banque Mondiale comme juriste spécialisée dans les réformes des systèmes nationaux de marchés publics. Auteure d'une tribune publiée dans Le Monde, le 30 mars qui dénonce la concurrence entre États sur l'achat de matériel médical et sanitaire.

  • Isabelle Marchais, experte dans les Affaires européennes à l’Institut Jacques Delors. Auteure d’une étude sortie en pleine crise sanitaire : Santé : une plus-value européenne très perfectible.

Podcast
En cours de lecture

Décryptage - Comment penser l’après-coronavirus ?

decryptage_20200401.mp3

decryptage_20200401.mp3

Télécharger Télécharger ( 8,9 Mo )

Nous allons essayer de nous projeter dans le monde d’après, lorsque la pandémie de coronavirus sera terminée, que les mesures de confinement, de restrictions, de précautions seront levées et que l’urgence sera passée.

Des associations de défense de l’environnement aux partis politiques, des chercheurs et universitaires à certains dirigeants, de plusieurs économistes aux militants des droits de l’homme, des voix promettent déjà que rien ne sera plus comme avant. Et le souhaitent, du moins.

Est-ce le cas ? Et si oui, peut-on déjà commencer à imaginer ce monde d’après ?

Avec :- Claire Marin, philosophe auteure du livre Rupture(s), éditions de l'Observatoire.  Elle dirige le séminaire international d’étude sur le soin (SIES) à l'École Normale Supérieure.- Cynthia Fleury, philosophe, psychanalyste, professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers, titulaire de la Chaire Humanités et Santé. Elle tient actuellement un journal de confinement.

Podcast
En cours de lecture

Décryptage - Peut-on anticiper et minimiser les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus?

decryptage_20200331.mp3

decryptage_20200331.mp3

Télécharger Télécharger ( 8,9 Mo )

Nous parlons ce soir des conséquences économiques de la pandémie de coronavirus… elles seront lourdes, on voit déjà à quel point les places boursières sont fébriles que ce soit en Asie, aux États-Unis ou en Europe. 

Même s’il est difficile aujourd’hui d’évaluer précisément le coût de cette pandémie, l’Observatoire français des conjonctures économiques, l’OFCE, a publié hier (30 mars 2020) des estimations.

Un mois de confinement entraînerait une perte de 60 milliards d’euros pour l’économie française. Plus ça dure, plus les conséquences risquent d’être importantes.

Peut-on anticiper et minimiser les conséquences économiques de la pandémie ?

On en parle pendant les 20 prochaines minutes avec mes invités.

 

Avec :

  • Aurélie Trouvé, économiste et porte-parole d'Attac France

Téléphone

  • Xavier Timbeau, économiste, directeur de l'Observatoire Français de Conjonctures économiques (OFCE).

Téléphone

Podcast
En cours de lecture

Décryptage - Coronavirus: un confinement est-il possible et souhaitable en Afrique?

decryptage_20200330.mp3

decryptage_20200330.mp3

Télécharger Télécharger ( 8,9 Mo )

La pandémie de coronavirus domine l’actualité. Dans le monde entier, les chefs d’État, les gouvernements prennent des mesures pour limiter la progression de la maladie, notamment des mesures de confinement.

Rester chez soi, sortir le moins possible. Cela concerne quatre personnes sur dix dans le monde aujourd’hui, quatre personnes sur dix incitées ou contraintes au confinement. Ce sont les consignes en France, c’est le cas aussi, sous différentes formes, au Nigéria, en Afrique du Sud, au Congo…

Mais pour beaucoup, le confinement pose des problèmes immédiats, des problèmes de survie : en Afrique notamment, où l’économie informelle est très importante, plus de la moitié du PIB de l’Afrique subsaharienne, selon des chiffres de la Banque africaine de développement.

Alors est-il possible d’appliquer un confinement strict en Afrique ? Est-ce que c’est souhaitable ?

Avec :

  • Augustin Augier, directeur général de l'ONG Alima

  • Rohen D'Aiglepierre, économiste spécialisé en économie du développement et de l’éducation, il travaille à l'Agence française de développement (AFD) en tant que responsable du pôle développement humain au Congo et expert régional éducation auprès de la Direction régionale Afrique Centrale, installé à Brazzaville.